Originaire de la Camargue, terre de Santa Sarah, Patronne des Gitans, Gipsyland joue une musique gaie, festive et très rythmée. Avant tout gitane, elle est parfois colorée de salsa, de samba et de rumba .... Impossible d'y résister ! Auteur, Compositeur et Interprète, Kiko (ex Gipsy Kings) a créé Gipsyland en 1994 et s’est entouré de quatre garçons aux qualités artistiques incontestables : Mario, le soliste guitare, est surnommé par tous « le Mozart Gitan », Juanito, fils de Kiko, a hérité de son père une voix éclatante qui a fait de lui la seconde voix du groupe. Tonino et Babe, cousins germains dans la vie, font preuve d’une vraie complicité dans un toucher de guitare en parfaite cohésion. Sur scène, les titres-accrocheurs de Gipsyland (des tubes en puissance !) et les standards des Gipsy Kings connus de tous, contribuent fortement à séduire le public qui se met à danser dans une communion totale avec le groupe !

Site :

Vidéo:


Las Migas :
Ce groupe Barcelonais est un quatuor dont les musiciennes Akba Carmoza (chant), Marta Robles (guitare), Alicia Grillo (guitare) et Roser Loscos (violon) se démarquent par leurs similitudes comme par leurs singularités dans la merveilleuse fusion de cultures qu’elles créent en jouant ensemble.

Le Maestrio

Le Maestrio :
C’est la rencontre des trois grandes écoles de la guitare : le classique, le jazz manouche et le flamenco, sous les doigts de trois instrumentistes de talent. Ce trio inédit, alliant virtuosité, sensibilité et énergie débordante, ravira tous les mélomanes. Le répertoire, varié, se compose de standards de chaque genre : le Concerto d’Aranjuez, la Symphonie n° 25 de Mozart, des compositions de Django Reinhardt et Paco de Lucia, mais aussi personnelles des musiciens. Paco de Lucia et Django Reinhardt viennent tutoyer Mozart !

Web

Facebook

Lien vidéo

 Lea Llinares B


Léa Llinares Cie présente Desvelo :
Après avoir foulé la scène du Festival OFF pendant deux années, Léa Llinares vient présenter sa nouvelle création. Avec "Desvelo" Léa Llinares tente de vaincre ses vieux démons ou du moins de s'en approcher, les accepter pour mieux les dompter. Avec pour langage le Flamenco, art si torturé et pulsionnel, art de résistance... Léa et ses compañeros de scène nous confrontent à nos émotions primaires qui par cette danse incarnée nous ramènent à la vie. 

 Web

Facebook

Lien vidéo